Dunkerque : un jeune homme avoue le viol de plusieurs chihuahuas

Share Button




FAIT-DIVERS – Kévin D., 18 ans, a avoué hier le viol de 4 chihuahuas commis depuis la fin d’année dernière en invoquant une « pulsion » pour expliquer ses actes.

En garde à vue depuis hier matin, le suspect devrait être mis en examen cette semaine pour « sévices graves de nature sexuelle » commis sur des animaux domestiques.

Un garçon gentil, toujours prêt à aider

L’arrestation a suscité une vive émotion dans le quartier. Originaire de Lens (62), le jeune homme s’était installé à Dunkerque dans le Nord chez sa grand-mère suite au divorce de ses parents. « Kévin a beaucoup souffert de cette séparation. C’est un garçon discret, toujours prêt à aider » nous confie Véronique D., sa grand-mère âgée de 82 ans. Choquée, elle ne comprend pas ce qui a poussé son petit-fils à commettre de tels actes. « Il a toujours voulu travailler dans les animaux. Il est inscrit dans un lycée agricole et veut devenir éleveur de poules. »

Hier, le jeune homme a été confondu par des tests ADN. Depuis la fin de l’année, la voisine avait remarqué le comportement inhabituel de ses chihuahuas à l’approche du jeune homme. Intriguée, la propriétaire en a parlé à son vétérinaire qui a procédé à des examens complémentaires. Les chiens portaient tous les stigmates de violences sexuelles. Des prélèvements avaient été effectués et mémorisés dans le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

Les empreintes génétiques ont matché

Une fois le profil ADN entré dans les fichiers, il a « matché », c’est-à-dire qu’il a correspondu avec les traces relevés sur une autre scène de crime datant de 2016 : le viol de plusieurs labradors dans un chenil de Calais. A l’époque, Kevin y réalisait un stage découverte et avait été surpris en flagrant délit. Des prélèvements avaient été réalisés par les forces de l’ordre.

Selon une source proche du dossier, le jeune homme avait l’habitude de jouer avec les chiens, qu’il connaissait très bien. « Il n’explique pas vraiment son geste, il évoque une pulsion d’ordre sexuel » a confirmé cette même source.

Kévin D. encourt deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende.

La Rédaction

Crédits photo : © gumtree.com

L’article vous a plu ? Rejoignez-nous sur facebook et abonnez-vous en un clic !

Share Button

Comments

comments