Sécurité sociale : être natif ou supporter de Lens bientôt reconnu comme maladie invalidante

Share Button




SÉCURITÉ SOCIALE – Un rapport de la Haute Autorité de Santé publié lundi dernier met en lumière un lien de causalité entre les origines lensoises de certaines personnes et une certaine forme de dégénérescence neuronale.

A l’heure où le nom du nouveau ministre de la santé vient d’être dévoilé, la surprise a laissé place à l’angoisse suite au signalement à Lens de plusieurs cas d’habitants victimes de maladies neurologiques graves.

Un constat alarmant, des habitants en souffrance

Le Service de Santé Lensois (SSL) a constaté que de plus en plus d’habitants se plaignaient d’affections chroniques et persistantes, certainement liées au fait d’être natif de la région : des symptômes neuromusculaires (courbatures, maux de tête, vertiges ou fourmillements) et ophtalmologiques (perte partielle ou totale de la vue).

Le Docteur Jean Lain, médecin expert à Lens, est confronté tous les jours à ces lensois malades. Son constat est alarmant. « Si les données épidémiologiques sur le sujet sont peu nombreuses dans le département 62, on sait aujourd’hui que le fait pour une personne d’être native ou de résider de manière continue ou discontinue à Lens peut causer des maux extrêmement graves. Notamment certaines formes de dégénérescences du cerveau ou des risques neurologiques. Et si en plus ils sont supporters du RC Lens, c’est carrément catastrophique .» Le praticien conseille ainsi aux habitants concernés de porter masques, gants et combinaison ou de réaliser des séjours sanitaires sur Lille.

Une commission pour reconnaître les affections comme invalidantes

Conformément à la législation française, une maladie peut être reconnue comme maladie invalidante si les lésions pathologiques figurent sur une liste limitative annexée au Code de la Sécurité sociale. Un collectif de lensois s’est constitué et a adressé un courrier circonstancié au Ministère de la Santé afin que leurs affections soient reconnues comme « maladie invalidante ». Une commission a été spécialement réunie sur le sujet et doit encore fixer le délai d’exposition au risque. Ce délai est variable selon les manifestations ou symptômes cliniques présentés par le malade.

Toute affection qui répondra aux conditions médicales et administratives fixées par la commission sera systématiquement « présumée » comme étant invalidante, sans qu’il soit nécessaire d’en établir la preuve. L’intérêt pour les lensois sera d’obtenir une indemnisation rapide de la part de la Sécurité Sociale.

La Rédaction

Crédits photo : © static.foot01.com

L’article vous a plu ? Rejoignez-nous sur facebook et abonnez-vous en un clic !

Share Button

Comments

comments