Roubaix : le pharmacien revendait des suppositoires déjà utilisés

Share Button

SANTE – Pendant près d’un an, un pharmacien roubaisien a revendu dans son officine des suppositoires déjà utilisés par des patients. Les clients de cette pharmacie avaient pour habitude d’amener des médicaments dans le cadre d’un recyclage de produits de santé.

Le pharmacien incriminé aurait ainsi opéré grâce au circuit officiel des « médicaments déjà utilisés » (MDU). Ce système de recyclage permet aux clients de rapporter en pharmacie des cachets, des sirops et autres comprimés déjà utilisés afin qu’ils soient réutilisés par d’autres patients souffrant d’affections similaires. Le professionnel de santé aurait collecté 5.000 suppositoires sur une période de 11 mois. Un préparateur en pharmacie, salarié de l’officine, était chargé de les nettoyer et de les reconditionner en forme d’ogive afin de faciliter leur réutilisation. Les clients ignoraient la provenance des suppositoires refaçonnés et remis en vente.

Un poil découvert sur un suppositoire

Ce système de recyclage frauduleux aurait pu perdurer encore de nombreux mois si une patiente n’avait pas remarqué un défaut sur l’un des suppositoires fournis par le pharmacien : un poil collé sur la surface externe.

Francine F., femme au foyer de 42 ans, nous explique. « Je souffrais de fièvre et mon médecin traitant m’avait prescrit des suppositoires pour la faire baisser. En ouvrant la boite, j’ai été surpris de voir un poil de couleur noire collé sur l’un des suppositoires. Surtout que je suis une vraie blonde ! ».

Devant l’absence d’explications données par le professionnel de santé, Francine F. décide de signaler l’anomalie à l’ordre des pharmaciens qui alerte aussitôt les services de la gendarmerie.

Suppositoires nettoyés et remis en vente

L’enquête menée par les forces de l’ordre a permis de démontrer que le pharmacien revendait des suppositoires déjà utilisés par des patients. Comme les suppositoires n’avaient pas provoqué chez certains d’entre eux les effets escomptés, ils avaient souhaité les restituer auprès de l’officine. Le pharmacien recyclait alors les suppositoires rapportés pour les réinsérer dans le circuit de vente traditionnel.

Suspendu dans l’attente de son procès, le pharmacien a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire. Une procédure administrative de radiation initiée par l’ordre des pharmaciens est également en cours.

Cette affaire fait écho au scandale qui avait éclaté il y a quelques années suite à la publication en 2005 d’un rapport de l’IGAS qui avait pointé les failles du système « cyclamed », un circuit de recyclage de médicaments dont une des finalités était sa vocation humanitaire. Certains pharmaciens avaient abusé du système en revendant des médicaments restitués par les clients.

La Rédaction

Crédits photo : © Daniel Stockman

L’article vous a plu ? Rejoignez-nous sur facebook et abonnez-vous en un clic !




Share Button

Comments

comments