Roubaix : ivre, il agresse sexuellement sa voisine avec une fricadelle. « Il m’a prise par surprise ».

Share Button

FAIT-DIVERS – Kévin H., 21 ans, a avoué aujourd’hui le viol de sa voisine âgée de 42 ans en invoquant une « pulsion » pour expliquer ses actes. Selon les premiers éléments d’enquête, l’agression a été commise sous l’emprise de l’alcool à l’aide d’une fricadelle.

En garde à vue depuis lundi matin, le suspect devrait être mis en examen pour « viol sous la menace d’une arme et sous l’emprise de l’alcool. »

L’arrestation a suscité une vive émotion dans le quartier de l’Alma à Roubaix. Originaire de Tourcoing, le jeune homme s’était installé il y a six ans chez sa grand-mère après le décès de ses parents. « C’est un garçon timide et serviable » nous confie Françoise H., sa grand-mère âgée de 82 ans. Choquée, elle ne comprend pas ce qui a poussé son petit-fils à commettre un tel acte. « C’est peut-être un jeu sexuel qui a mal tourné » confie-t-elle, en larmes.

Le jeune homme a été confondu par des traces ADN retrouvées sur la fricadelle ayant servi au viol de la quadragénaire. Interpellé peu après et interrogé pendant la nuit, Kévin a immédiatement reconnu son implication dans l’agression sexuelle. Selon une source proche du dossier, le jeune homme n’explique pas vraiment son geste. Chauffeur-livreur, il connaissait sa victime qui habitait l’appartement au-dessus de celui de sa grand-mère. Il évoque « une pulsion d’ordre sexuel » a confirmé cette même source sans réussir à préciser pourquoi il a utilisé une fricadelle pour violer la voisine. Selon le parquet, l’homme avait déjà été condamné pour des faits similaires deux ans plus tôt.

Devant l’entrée de l’immeuble, de nombreux voisins exprimaient leur «horreur». «Tout le monde le connaissait, il était si gentil. Qu’il la viole, on peut encore le comprendre. Mais avec une fricadelle, c’est inacceptable », témoigne une voisine qui a souhaité conserver son anonymat. La victime, sous le choc, a été hospitalisée au Centre Hospitalier de Tourcoing et reste sous étroite surveillance médicale. Elle aurait indiqué aux policiers que le jeune homme l’aurait prise par surprise. L’enquête déterminera si la fricadelle était cuite ou encore congelée au moment des faits.

L’agresseur présumé a été placé temporairement en hôpital psychiatrique. Il encourt quinze ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

La Rédaction

Image d’illustration – crédits photo : ladepeche.fr © B. Dillies / DDM / S.L.

L’article vous a plu ? Rejoignez-nous sur facebook et abonnez-vous en un clic !

Share Button

Comments

comments