Jacky est supporter du Losc, Michel du RC Lens : ils s’aiment malgré l’interdit

Share Button



NORD – C’est l’histoire d’un amour impossible. Il est supporter du Losc, lui du RC Lens : Jacky et Michel s’aiment et vivent un amour interdit.

L’amour est plus fort que tout et permet de surmonter tous les obstacles, même celui des tabous et de l’interdit. Pour Jacky et Michel, cette force des sentiments leur permet d’affronter le regard des autres et d’assumer leur amour au grand jour.

Jacky a 37 ans et vit à Lambersart où il travaille dans une entreprise de plomberie. Michel, 39 ans, est chauffeur-livreur et réside à Lens. Ils se sont rencontrés il y a deux ans au stade Bolaert à l’occasion d’un match entre Lille et Lens et sont tombés follement amoureux l’un de l’autre. Depuis ils ne se quittent plus. Problème, leurs familles se détestent.

Leur homosexualité est-elle en cause ? « Pas du tout » répond Jacky. « J’assume mon orientation sexuelle depuis très longtemps. Michel aussi. Nos parents respectifs sont très ouverts sur le sujet ». Le problème est ailleurs : les tourtereaux supportent des équipes rivales. Mais faisant fi des reproches familiaux qui les enserrent, les deux hommes s’aiment en cachette.

« Au départ, mon père adorait Jacky » nous confie Michel. « Mais dès que je lui ai annoncé qu’il était supporter du Losc, il s’est mis dans une colère folle et m’a insulté de tous les noms. En tant que supporter du RC Lens, il ne supporte pas les Lillois. » Pour Jacky, c’est la même problématique : ses parents ne veulent pas d’un gendre lensois. « Ma mère m’a dit qu’elle préférerait encore que je me marie avec un noir plutôt qu’avec un supporter de Lens. »

Les deux pères en sont même venus aux mains à l’occasion d’un repas organisé par les deux amants le mois dernier. Depuis cette dispute, Jacky et Michel vivent leur amour en secret. Ils évitent même de se tenir la main en public, de peur de s’exposer à des critiques voire des insultes de la part des supporters lillois ou lensois croisés dans la rue, pour qui cette union est perçue comme une traîtrise.

La solution ? « Peut-être partir loin d’ici, quitter le Nord de la France » regrette Michel. Poussés par le désir commun de vivre ensemble, les deux hommes ont envie d’y croire et de trouver ce lieu à part, hors du temps et des revendications footballistiques, où ils pourront s’aimer tout simplement. Pour Jacky, le respect entre Lillois et Lensois, c’est encore possible. « Surtout par l’arrière » ajoute Michel, en esquissant un sourire complice à son compagnon.

La Rédaction

L’article vous a plu ? Rejoignez-nous sur facebook et abonnez-vous en un clic !

Share Button

Comments

comments